La fille de Brooklyn -Guillaume Musso ★★★★☆

IMG_1066

J’aurais traîné à donner Mon avis tout comme j’ai trainé dans ma lecture au début. Je trouvais ça fade, il y avait du suspense mais les personages étaient plats. Je ne voyais pas du tout ou il voulait nous emmener.!

Je dois avouer que Si ça n’avait pas été La lecture du mois, je l’aurais mis de côté lol.

Et puis tout d’un coup tout s’accélère…le puzzle prend forme. On ne fait plus gaffe aux détails car on veut savoir La suite, le pourquoi du comment, une piste mêne a une autre Et ainsi de suite. On est perdu. Et enfin les révélations se succèdent. Et quand on croit enfin que tout est fini! Yen a encore!

C’était le clou du spectacle, j’en ai pleuré. Je suis rentré dans la peau des personnages, du Pere, de La fille… Et La c’est l’émotion.

Un Belle histoire, bien ficelé et qui a changé Mon regard sur cet auteur. ^^
Quelques citations du Livre que jai retenu:
“L’homme est en guerre contre lui-même. Au plus profond de lui, l’homme est habité par la violence, l’agressivité, la pulsion de mort, la volonté de dominer son semblable et de l’asservir en l’humiliant.”
« Chaque vie connaît un jour ce type de séisme : ce moment où les sentiments deviennent des allumettes craquées au milieu d’une forêt desséchée. Le prélude à un incendie capable de ravager toutes nos fondations et de nous entraîner vers l’abîme. Ou la renaissance.”
« Vous le savez aussi bien que moi, avec Internet, rien ne s’efface : l’homme a créé un monstre qu’il ne maîtrise plus. Enfin, ceci est une autre histoire…”
« Vouloir nous brûle et pouvoir nous détruit.

Honoré DE BALZAC”
“Je cours. Je cours. Les branchages me lacèrent le visage, les ronces me déchirent la peau, les pierres écorchent mes pieds, mais cela me fait du bien. Je cours. Pendant quelques secondes, je suis libre, je suis vivante et il n’y a rien de meilleur au monde. Je cours. Je fais corps avec la nature qui m’entoure. Je suis la pluie qui me trempe, je suis la forêt qui me protège et qui m’avale, je suis le sang qui pulse dans mon cœur. Je cours. Je suis l’effort qui m’épuise, le gibier blessé qui refuse l’hallali.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s