MA MÈRE PATRIE De Hanane Charrihi ★★★★★

Salam, Coucou les readers!

Présentation de l’éditeur:

Fatima Charrihi fut la première victime de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016.
Elle était musulmane, comme un tiers des personnes assassinées ce soir-là.

Sa fille, Hanane, dévoile la personnalité de cette mère d’exception. Exigeante et généreuse, puisant ses valeurs de paix et de tolérance dans sa pratique de l’islam.

Mais Hanane raconte aussi son chagrin dans l’omni présence médiatique. Et la haine que sa famille a dû endurer en plein deuil.

C’est avec lucidité et douceur qu’Hanane prend la plume pour contrer les amalgames. Et rendre hom mage à sa mère, en réaffirmant son attachement à la France, sa patrie.


Mon avis:

Un témoignage poignant, une ode à la paix, un manifeste de tolérance.

Bien entendu, on ne peut qu’être ému en lisant ce genre de témoignages, que ça nous touche de près ou de loin.

Mais au delà de ça, il y a une vraie sincérité dans ce livre, un vrai désir de l’auteure de faire un hommage à sa mère, Fatima.

Fatima, une femme dont je ne connaissais que le nom et le visage. Maintenant je sais quel genre de femme elle était, une mère courage de sept enfants, bienveillante et très organisée. Une femme qui portait fièrement les couleurs de sa culture et de sa foi, et qui n’avait pas peur de se confronter à un pays qui n’était pas toujours accueillant.

Dans ce livre, il y’a l’avant tragédie et l’après tragédie. Certains pourraient penser que le pire est arrivé ce jour-là mais cette lecture à le mérite de démontrer à quel point on minimise l’impact sur les rescapés. Il y’a le deuil et les larmes bien sûr. Mais aussi les traumatismes, les cauchemars, et les souvenirs indélébiles, qui sont parfois ranimés par un simple bruit, ou un camion qui passe. Et puis, pour les musulmans, il y a aussi cette « double peine » après un attentat, car même en plein deuil, les insultes, les agressions, les rejets et incompréhensions leur sont jetés en pleine figure.

On ne peut comprendre que si on l’a vécu, c’est certain. Mais on peut entrevoir cette souffrance à travers ces mots.

Ce livre devrait être lu par tous, et surtout par les non musulmans, qui comprendront peut-être que la peur qu’ils ressentent, est ressentie par tous. Si il y a un lien universel, c’est bien celui-là.

Mais la solidarité et la tolérance ont réussi à dépasser la peur jusqu’ici, ce qui prouve que la France a gardé une trace de sa légende.

Je clôturerai cet avis avec la dernière phrase du livre:

“Que nos feux d’artifice fassent plus de bruit que leurs fusils.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s