RESTE AVEC MOI de Ayòbámi Adébáyò★★★☆☆

Description:

Avec pour toile de fond les bouleversements politiques du Nigeria des années 1980, le portrait inoubliable d’une femme qui fait le choix de la liberté… envers et contre tout.

Yejide et Akin vivent une merveilleuse histoire d’amour. De leur coup de foudre l’universit d’If, jusqu’ leur mariage, tout s’est enchan. Pourtant, quatre ans plus tard, Yejide n’est toujours pas enceinte. Ils pourraient se contenter de leur amour si Akin, en tant que fils an, n’tait tenu d’offrir un hritier ses parents. Yejide consulte tous les spcialistes, mdecins et sorciers, avale tous les mdicaments et potions tranges… Jusqu’au jour o une jeune femme apparat sur le pas de sa porte. La seconde pouse d’Akin. Celle qui lui offrira l’enfant tant dsir. Bouleverse, folle de jalousie, Yejide sait que la seule faon de sauver son mariage est d’avoir un enfant. Commence alors une longue et douloureuse qute de maternit qui exigera d’elle des sacrifices inimaginables.


Mon avis:
Je suis un peu sortie des sentiers battus avec ce livre.
Avant toute chose, c’est un roman choral, donc à deux voix en l’occurrence, celui de Yejide d’une part et de son mari d’autre part.
On ne se perd pas dans le récit car on comprend dès les premières lignes qui parle. De plus, l’histoire se suit, et non se répète comme dans certains romans où le même moment est vécu par plusieurs points de vue.

Que dire de ce roman à part que j’ai ressenti des émotions très différentes à la lecture. J’ai eu d’abord de la pitié, ensuite de la tristesse, de la colère, un sentiment de malaise, du dégoût… enfin c’est très controversé.
Je me suis mise à la place de la femme comme n’importe quelle femme le ferait je suppose, mais j’ai fini par me séparer du personnage car elle suit un chemin bien trop éloigné de mes principes.
A des moments, je ne la comprenais pas du tout, mais cela m’est déjà arrivé avec des personnages forts, des caractères intenses qui ne vous laissent pas indifférents, soit vous les aimez, soit vous les détestez. Et j’avoue que ça n’a pas été le premier choix.
Toutefois, une de ses citations m’a fait réfléchir car oui, on ne peut juger tant qu’on a pas vécu la même chose.

“Avant d’accuser l’escargot d’être lent, attachez votre maison sur votre dos et portez-la pendant une semaine”

Ce que j’ai apprécié, c’est le regard qu’a ce roman sur le poids des cultures et des traditions, ses croyances parfois tellement irréalistes et pourtant si ancrées dans certaines générations. La difficulté de vivre avec ces personnes pour qui tout est une histoire de mauvais esprits, de rituels et de marabouts. J’ai apprécié aussi de connaître le point de vue du mari, l’auteur nous fait passer de l’autre côté pour comprendre tel ou tel choix, car il y a des rebondissements dans cette historie évidemment.

Ce que je n’ai pas aimé, c’est le côté malsain qui est pesant, les détails un peu trop crus de certaines scènes qui peuvent mettre mal à l’aise.

Beaucoup de tristesse et de désespoir dans cette histoire.
Je me sens reconnaissante d’être croyante car c’est l’absence de foi qui pousse les gens dans leur retranchements et leur fait commettre des actes irréparables.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s