MAX de Sarah Cohen-Scali★★★★★

Description:

« 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler ! »

Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.


Mon avis:

Ce livre m’inspire une expression: « l’innocence des bourreaux »
Au début de ma lecture, j’ai eu un peu de mal à me faire à cette voix intérieure, la voix de Max, ce bébé que l’on verra grandir et que l’on connaîtra jusqu’au bout des ongles. Ses pensées, ses aspirations, mais aussi ses émotions.
Après la petite gêne de départ, je m’y suis vite habituée et j’y ai même pris goût à ce petit bonhomme qui raconte tout ce qu’il pense mais aussi et surtout tout ce qu’il voit ce qu’il entend et ce qui se passe autour de lui. C’est sans filtre!
Ce que j’ai trouvé incroyable dans ce livre c’est les différentes émotions que nous procurent les personnages mais aussi l’histoire, on commence avec une sorte de fascination, une admiration pour cette sorte de grandeur, d’organisation parfaite et quasi surnaturelle, et puis la claque, l’auteure nous rappelle pourquoi on hait les nazis, pourquoi quel que soit l’efficacité de leur méthode, leur cruauté est sans pareille et leur propagande ridicule.
Malgré cela, l’auteure arrive tout de même à nous faire passer un message, il y avait du bon et du mauvais partout, beaucoup ont subi, d’autres ont suivi. Chacun avec ses propres raisons et convictions.

Mais des romans sur le nazisme il y en a une belle pelleté. Pourtant ce livre ne ressemble à aucun autre.
Car ce livre c’est aussi une grand histoire de fratrie et d’amitié.

Je ne spoilerai pas plus mais je finirais juste par dire que… je suis triste de quitter Max.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s